Discrimination dans la fonction publique fédérale; l’histoire d’un membre.

Un membre du Syndicat des employées et employés nationaux fait part d’une expérience personnelle de discrimination en tant que membre de la communauté LGBT et son incidence à long terme.

Bonjour,

Suite aux excuses faites par le Premier ministre canadien vis-à-vis la discrimination du gouvernement fédéral envers la communauté LGBT le 28 novembre dernier, je désire vous partager ma propre expérience personnelle et encourager d’autres employés du gouvernement fédéral à se joindre aux démarches de recours collectif.

A la fin des années 70, j’ai appliqué à un concours aux Affaires étrangères pour les finissants universitaires pour des affectations à l’étranger. Dans le cadre des enquêtes de sécurité qui ont suivi avec la GRC, j’avais déclaré en toute bonne foi que j’étais homosexuel.  Suite à cette enquête, on m’a refusé de joindre la liste de candidats pour un poste au sein du Ministère.  Via le Bureau d’accès à l’information, j’ai alors demandé à prendre connaissance du rapport d’enquête.  Tout le contenu était essentiellement positif, mais certaines parties étaient rayées.  J’ai alors eu un échange avec des personnes qu’on avait approchées lors de cette enquête pour constater que les informations manquantes étaient reliées à la confirmation de mon orientation sexuelle.  J’ai fait appel à la Commission des droits de la personne qui rendit une décision positive contre cette discrimination.  Le Ministère des Affaires étrangères accepta alors de me mettre dans la liste de candidats, mais une couple de mois plus tard, cette liste était fermée, sans jamais avoir eu la possibilité d’entrer à l’emploi du Ministère.

Avec ma maîtrise en relations internationales, je me suis donc résolu à travailler au sein de différentes organisations communautaires, les emplois qui s’offraient alors à moi. Ce n’est qu’en l’an 2000, à 45 ans que j’ai finalement tenté une nouvelle démarche pour entrer dans la fonction publique fédérale.  J’ai alors obtenu un emploi professionnel à Ressources humaines et Développement social Canada.  Six ans plus tard, en 2006, j’ai eu la possibilité d’obtenir une mutation à l’Agence canadienne du développement international pour me retrouver finalement à Affaires mondiales Canada, lors de la fusion entre les deux ministères.

Que de chemin parcouru… entre le concours où j’ai fait l’objet d’une discrimination et mon entrée à Affaires mondiales Canada. Il se sera écoulé 33 ans!  Outre cette opportunité manquée d’entrer dans mon ministère à la fin de mon cours universitaire, me voilà au début de la soixantaine à devoir continuer à travailler jusqu’à 65 ans pour obtenir une pension respectable, soit avec 24 ans d’ancienneté.  Je ne veux pas me plaindre, car la vie a été tout de même bonne pour moi, mais je veux juste souligner l’impact de cette décision discriminatoire sur le parcours d’une vie.

Je suis convaincu que plusieurs d’entre vous avez eu aussi un parcours rendu difficile par les politiques discriminatoires qui prévalaient dans les années passées au sein du gouvernement fédéral.  Je vous encourage donc à faire comme moi et à vous prévaloir du recours collectif.  Ce ne sera pas une solution à tout, évidemment.  Mais ce sera un baume sur les difficultés que nous avons traversées.

Merci de l’attention que vous avez accordée à mon témoignage!

 

Les commentaires sont fermés