Le syndicat c’est NOUS

TheUnionisUS-f

La campagne Pour un monde plus juste du Congrès du travail du Canada a sans doute favorisé la création d’une conversation nationale au sujet des contributions des syndicats. Alors que l’existence même du mouvement ouvrier est mise en péril par des législateurs conservateurs, qui montent lesles travailleurs et travailleuses uns contre les autres, le Congrès du travail avance un argument simple : lorsque les travailleurs et travailleuses prospère, nous en profitons tous.

C’est un message auquel souscrit la Fédération des travailleurs et travailleuses du Québec, plus importante fédération de travailleurs au Québec (FTQ). Ses dirigeants souhaitaient sincèrement adresser le même message aux Québécois, mais aussi aller plus loin.

« Notre campagne, elle vise d’abord et avant tout nos membres », a expliqué Johanne Deschamps, conseillère politique à la FTQ. « Ce qu’on a demandé aux syndicats, c’est de former leurs membres – c’est‑à‑dire de former des animateurs dans les milieux de travail – de façon à aller parler avec les membres. C’est vraiment la partie où nous engageons des conversations avec nos membres sur les divers enjeux. »

D’un côté, la FTQ veut que les membres du syndicat entretiennent des relations plus étroites avec leur syndicat. Elle veut aussi qu’ils aient un plus grand sentiment d’appartenance à leur syndicat et qu’ils portent un regard critique sur certaines des politiques conservatrices proposées par le gouvernement fédéral.

« Souvent, ils nous disent : “le syndicat c’est VOUS”, alors que nous voulons leur dire : “non, le syndicat, c’est NOUS tous ensemble”. »

L’organisation reconnaît que le sentiment antisyndical n’est pas l’apanage des factions conservatrices de notre société; en effet, des idées antisyndicales erronées sont fermement ancrées dans l’esprit de nos propres membres. Grâce à une série de courts clips sur YouTube mettant en vedette de jeunes membres du syndicat, la FTQ tente de détruire la machine à mythes.

« Pas besoin de syndicat! Je peux me débrouiller seul avec le patron » est un des mythes qui perdurent.

« Qu’arrive-t-il si la situation ne se règle pas d’elle-même après avoir parlé au patron? Qu’est-ce que tu peux faire? Est-ce que tu as des recours? Avec le syndicat, au moins t’es sûr qu’il y a d’autres étapes », répond Lydia Bouzgaren, membre de l’AFPC, dans sa vidéo.

Mme Deschamps affirme que les responsables de la FTQ se sont inspirés de syndicats belges, qui ont lancé une campagne semblable qui ciblait les membres du syndicat et la population en général.

« Ils avaient un petit livret qui s’intitulait Les idées toxiques, autrement dit, tout ce qui pose problème et comment on règle ce genre de problèmes. »

Or, ces temps-ci, les idées toxiques abondent. Les syndicats font face aux attaques répétées de tous les ordres de gouvernement.

« Le gouvernement fédéral et les gouvernements provinciaux semblent tous adopter cette attitude, actuellement – que ce soit des conservateurs ou des libéraux –, ils sont en train de dire au monde entier qu’il y a un problème, que la dette est énorme, qu’on n’a plus d’argent et qu’il faut donc couper. »

« Mais ça, c’est un argument fallacieux parce qu’ultimement, ils sont en train de démanteler l’État. »

« Le Québec ‒ le gouvernement ‒ ne va plus du tout ressembler à ce qu’il était tantôt. Le modèle sur lequel on a travaillé pendant des années s’effondre. »

Mme Deschamps donne en exemple le fameux système de garderies du Québec où les parents paient 7 $ par jour. Il y a même une campagne menée par des syndicats qui fait valoir les avantages de l’adoption de ce modèle à l’échelon fédéral. Mais, maintenant, même cette norme est menacé au Québec.

« Ce que ça montre, c’est que les acquis, même dans une province, peuvent être menacés à tout moment. Il n’y a plus rien qui est vraiment sûr. »

La conseillère politique reconnaît que le suivi de toutes ces compressions et de leurs conséquences est un défi de taille – même pour ceux d’entre nous dont le travail suppose de suivre ces choses tous les jours.

« C’est dur pour nous, alors imaginez à quel point il est difficile pour le public d’avoir l’heure juste au sujet de ces affaires et d’être indigné. Un jour, ils vont avoir un choc parce qu’ils vont se rendre compte que la facture vient d’augmenter – et ils n’auront pas nécessairement vu venir cette augmentation. »

« Moi, je regarde le titre de notre campagne – Pour un monde plus juste –, et il prend toute sa valeur actuellement », conclut Mme Deschamps, dont la voix s’adoucit et s’assombrit. « Il prend vraiment toute sa valeur parce que je ne sais pas comment on va avoir un monde plus juste avec les décisions que ces gouvernements sont en train de prendre. »

Nous voudrions remercier Johanne Deschamps de fond du cœur d’avoir pris le temps de nous parler au sujet de la campagne de la FTQ de même que des actions et des idées conservatrices qui empoisonnent notre société. Si vous voulez en savoir plus sur la campagne, nous vous recommandons fortement de visiter le site du syndicat.

Les commentaires sont fermés